Édito spécial : Le tourisme devra-t-il vivre avec la menace terroriste ?

Tourisme, À l'international · · Commenter

Cela semble irréel de dire que le terrorisme s’invite dans le tourisme international. Même s’il est un peu tôt pour juger, le tourisme international est menacé par le spectre de la peur relayé par les médias dans le monde entier. L’ouverture vers le monde, l’une des valeurs du tourisme, est-elle menacée par la multiplication des attaques ? 

LA BELLE BRUXELLES SE REMET DIFFICILEMENT DU TERRORISME


Pas plus tard qu’en janvier dernier, Visit Brussels avait lancé une campagne de relations publiques destinée à redorer l’image de la capitale belge par un concept plutôt original. Après le lockdown de la ville en novembre dernier suite aux attentats de Paris, la ville avait subi une perte de visiteurs étrangers. Visit Brussels avait donc lancé la campagne #CallBrussels ou les visiteurs potentiels pouvaient téléphoner depuis le site internet dédié à la campagne vers l’un des 3 téléphones disposés dans la ville, dont un à Molenbeek-Saint-Jean dans le but de rassurer les visiteurs potentiels. La campagne avait été un succès et le tourisme commençait doucement à reprendre des couleurs. Hélas, les évènements du 22 mars dernier ont une fois de plus plongé Bruxelles dans une tourmente médiatique internationale difficilement gérable pour Visit Brussels.

« Bruxelles, qui est aussi le quartier général de l’Union européenne, est une ville interconnectée, une ville internationale qui a une place prépondérante dans la politique européenne, mais aussi une ville de bières, de chocolats et dotée d’une architecture médiévale exceptionnelle qui attire des millions de visiteurs chaque année. » International Business Time, 22 mars 2016 

LA RHÉTORIQUE DE LA PEUR EST-ELLE JUSTIFIABLE ? 

Ce sont des destinations phares de l’Europe qui sont pointées du doigt par les médias internationaux, les Américains ont même mis en garde leurs ressortissants de prendre beaucoup de précautions s’ils prévoient de visiter les capitales européennes prochainement. Cette rhétorique n’est pas la solution, et ne sert pas à grand-chose. C’est un peu comme en politique, en mettant l’emphase sur les fissures, on ne parle pas du vrai problème. 

« J’ai plus de chance de mourir aux États-Unis, où l’insécurité est omniprésente, que de subir la foudre de tels évènements. »

Donc, non, il ne faut pas avoir peur, il ne faut pas penser le monde comme un noyau de terreur sur le bord d’exploser, il faut comprendre, anticiper et éviter ces paroles volatiles qui ne permettent aucunement de répondre aux problèmes que nous rencontrons. 
 

Par Julien Champainne
Étudiant en B.Sc Communication - Université de Montréal
Diplômé Bachelor en Hôtellerie Internationale - Vatel Business School Hotel &  Tourism Management
Diplômé Études Supérieures en Tourisme - Université de Perpignan Via Domitia
julienchampainne.com / Instagram @IMJulien


Source :

Les touristes américains informés de "risques potentiels" en Europe, Europe1, 23 mars 2016

 

Twitter

Agenda de l'industrie

du au
IncentiveWorks

du au
Sommet mondial de l'institut pour la paix par le tourisme

du au
GoMedia Canada

du au
Bienvenue Québec

le
Congrès et Prix Excellence Tourisme

Voir tous les évènements