L'Asie, un potentiel ignoré ?

Tourisme, Chroniques · · Commenter

Montréal est la 16e destination la plus importante en Amérique du Nord en termes de population. Par contre, notre aéroport international se classe seulement comme le 33e plus important. Au Québec, tout le monde est surpris d’apprendre qu’il ne fait pas partie des plus achalandés. Gens surpris, prenez quand même note que nous sommes sur le même continent que les villes de New-York, Toronto, Atlanta, Dallas ou Los Angeles. Lorsque l’on regarde de plus près comment on calcule la popularité des aéroports, c’est par le nombre de passagers annuels (14 millions en 2013 sont passés par Pierre Élliott Trudeau)  et par catégories.  

Il y a quatre catégories dans lesquelles les vols sont répertoriés pour notre aéroport : les vols au Québec, en Amérique du Nord, en Europe, et vers les destinations soleil comme Cuba et le Mexique[1]. Comment voulez-vous que notre aéroport ne soit pas si populaire sachant qu’une des catégories les plus importantes ne desserre pas les touristes internationaux mais les québécois qui restent dans la province… En plus, il n’y a aucuns vols directs avec l’Asie, qui devient un continent très important pour l’industrie touristique… Reliant notre ville à ce continent rendrait notre aéroport plus important, en plus de rendre notre province bien plus accessible.

On le dit et on le répète, l’Asie est le futur. C’est donc une mauvaise stratégie pour le Québec de ne pas commencer maintenant à s’adapter à cette clientèle. La plupart des villes avec qui Montréal fait compétition pour attirer les touristes sont des villes qui sont connectées avec la Chine, l’Inde ou le Japon (Boston, Toronto, Chicago …). Tourisme Montréal perd chaque année des contrats avec des associations asiatiques pour faire leur congrès à Montréal car le Québec ne peut leur offrir un accès facile. Le Québec perd alors des occasions d’affaire en même temps que de nombreux touristes, ce qui a un effet direct sur l’économie et la popularité de la région. Toronto a une communauté asiatique plus importante que celle à Montréal. Vancouver est physiquement beaucoup plus proche de l’Asie que Montréal. Il est alors très difficile pour Montréal de faire des liens direct avec l’Asie à cause de ces deux raisons.

Néanmoins, Montréal fait des liaisons directes avec Istanbul et avec le Qatar et on ne peut pas dire que nous sommes plus près de ces deux destinations que de Tokyo. Il faut alors se l’avouer, cela serait trop coûteux pour le Québec de faire des liaisons avec l’Asie parce que le Québec n’a pas assez de correspondances (ce qui affecte son achalandage, et donc la demande), en plus de ne pas avoir assez de passagers qui veulent s’y rendre. Je vous parie n’importe quoi que dans dix ans, ce sera de l’Asie que viendront le plus les touristes dans le monde. Et on peut parier aussi n’importe quoi qu’il y aura une grande polémique parce que l’opportunité d’attirer la clientèle des pays émergents asiatiques sera passée et on l’aura perdue, au détriment de l’Europe ou des États-Unis. Dans dix ans, la polémique ne sera plus la Charte mais bien si on veut des inconnus chez nous en grand nombre, et s’il est trop tard pour le faire !

Par Coralie Tigé
Étudiante au B.A.A Gestion de l'Hôtellerie et de la restauration – ESG UQAM

SOURCE

[1] http://cmm.qc.ca/fileadmin/user_upload/periodique/25_Perspective.pdf

Twitter