Opinions & Humeurs: Assises 2017: notre tourisme va lever!

Tourisme, Chroniques · · Commenter

J’ai participé aux Assises la semaine dernière. Un seul mot d’appréciation : enfin !

Un 9 sur 10. Une satisfaction jamais vue depuis la création du ministère de la Voirie avec son service du tourisme en 1927… Pourquoi ?

1. De la passion

De Philippe Trempe au service de la recherche au ministère du Tourisme, à Benoit Deshaies d’Investissement Québec, en passant par une ministre du Tourisme «en feu» pour lancer les Assises, Mme Julie Boulet, et toute la nouvelle équipe dynamique de l’Alliance, j’ai senti une réelle passion du tourisme québécois. Pour être convaincant, faut être convaincu. Le leadership consensuel de Martin Soucy et l’apport de sang neuf tel que Marie-Hélène Hudon et Sébastien Viau n’est pas étranger à cette situation. Le discret mais efficace sous-ministre Patrick Dubé a réalisé tout un travail de fonds pour notre industrie. Bravo !

Philippe Trempe

Patrick Dubé, sous-ministre

2. Une vision claire

Même si on peut ne pas être d’accord avec chacune des orientations et des stratégies, les objectifs quantifiables sont clairs, on met en place une approche client permettant l’opportunisme marketing, on suscite la cohésion avec les «AT» (Associations Touristiques Régionales et Associations  Touristiques Sectorielles). Tout ce que j’ai entendu est logique, actuel, basé sur le « gros bon sens »  et garant d’une  inévitable meilleure performance…

3. De l’argent

Que ce soit 300 M$ ou réellement 200 M$, en prêts ou en subventions, en développement ou en marketing, une chose est sûre : jamais nous n’aurons eu accès, à titre d’industrie du tourisme, à autant de programmes et de fonds de soutien. Clairement, maintenant, la balle est dans le camp des PMEs touristiques. Saurez-vous maximiser tous ces leviers ?  C’est ma plus grande inquiétude : pas assez d’entrepreneurs qui vont développer notre tourisme !

Bref 9 sur 10… Et le 1 sur 10 ?

  • Même si l’Alliance, en plus du marketing hors-Québec, est un regroupement d’affaires avec son membership, elle se doit d’être plus démocratique dans ses communications en dehors des AT et plus abordable (210$ + transport & hébergement pour la journée) afin de créer une véritable vague de fonds. Il y a avait plus de consultants que de PMEs aux Assises 2017…
  • Le tourisme est une expérience globale : il ne faut pas perdre de vue nos importants enjeux nationaux tels que la protection des paysages, les lois & règlements obsolètes en 2017, la météo, l’amour de l’hiver par les Québécois, etc… l’accessibilité intra-Québec est maintenant sérieusement considérée; tant mieux.
  • Comité aviseur.  L’Alliance a son CA. Mais imaginez qu'une fois ou deux par année les «expérimentés» (ou si vous préférez les vieux…) du tourisme puissent donner leur avis à l’Alliance et à Tourisme Québec dans une salle fermée, d’une manière constructive. Je me verrais avec Pierre Labrie, Louis Rome, Michel Archambault, Denis Brisebois, Jean-Paul Desjardins, France Lessard, etc… Il n’y aurait plus de «eux» et de «nous». Seul, un grand «nous d’amour» comme dirait Dave Laveau…

Chronique : Opinions & Humeurs, Jean-Michel Perron

Twitter