Recette pour un Québec complètement HIVER

Tourisme · · Commenter

La fin de la saison froide approche, vous pouvez déjà le sentir. Pourtant, notre pays c’est l’hiver, et on n’a pas fini d’en parler. Une analyse de Vincent Leclerc du Réseau de Veille en Tourisme en février dernier dressait un portrait de 5 destinations hivernales qui se démarquent. Comme le produit hivernal a été identifié comme une priorité pour le gouvernement dans son dernier plan de développement de l’industrie, il s’avère pertinent de les étudier pour identifier des opportunités à saisir.

Commençons par mettre la table. Les destinations citées comme inspiration sont Whistler (C.-B.), Rovaniemi (Finlande) Innsbruck (Autriche), Oslo (Norvège) et Tallinn (Estonie). À chacune ses particularités, mais il semble qu’on puisse reconnaître une recette de base : deux tasses d’activités sportives extérieures, 1 tasse d’activités intérieures et une poignée d’événements sportifs ou festifs récurrents et d’envergure. À cela peut s’ajouter une cuillère à soupe d’architecture moderne ou historique, une cuillère à thé de gastronomie typique ou une pincée de nightlife dynamique. Le tout créant une offre distinctive et authentique. Le Québec suit-il la bonne recette? L’a-t-il adapté à sa propre réalité pour laisser une impression durable dans l’imaginaire des visiteurs hivernaux?

Les ingrédients de base

Commençons par les 2 tasses d’activités plein air. Ski, motoneige, glissade, escalade de glace; le Québec regorge de possibilités pour jouer dehors. De plus, quelques unes de nos stations de ski comptent parmi les meilleures à l’Est du continent et devraient être avantagées par rapport à leurs rivales américaines suite au réchauffement climatique qui rend l’enneigement naturel incertain plus au Sud. Cela dit, qu’en est-il des expériences originales qui permettent de se démarquer en faisant découvrir de nouvelles sensations? Une autre analyse de Vincent Leclerc présente une foule d’activités hivernales en plein essor à travers le monde. Certaines pourraient très bien être introduite ou développées davantage au Québec. Je pense notamment au vélo de montagne des neiges, la luge, le ski de randonnée, etc. Le défi pour les stations qui diversifieront leur offre sera d’attirer une nouvelle clientèle et la fidéliser. Le danger étant de seulement transférer la demande d’un produit traditionnel vers un autre.

Pour la tasse d’activités intérieures, on parle de produits spa et bien-être, magasinage, musées, etc. Là-dessus, il faudrait s’intéresser davantage au niveau local pour voir si les pôles d’activités extérieures disposent d’une offre intérieure complémentaire satisfaisante. Quant à la poignée d’événements d’envergure, on peut affirmer sans se tromper que l’offre québécoise représente un véritable atout. En effet, il y en a pour tous les goûts : compétitions sportives internationales, manifestations culturelles et soirées festives. Par contre, il y a peu d’animations majeures entourant Noël. C’est pourtant une période où nombreux sont les gens qui se déplacent ou prennent des vacances. Voilà peut-être une opportunité à saisir.

Pour donner une saveur particulière

Après avoir consolidé les ingrédients de base, ce qu’on ajoutera donnera la saveur particulière au plat. Une bonne dose d’architecture distinctive et d’attraits reconnaissables, une vie nocturne exaltante et une gastronomie avec du caractère contribuent à faire la marque Québec. Par ailleurs, de ces 5 destinations, aucune n’a la chance de pouvoir proposer la découverte d’une culture autochtone. Pourrait-on mettre à contribution nos premières nations pour se différencier et répondre à la demande grandissante des touristes locaux et internationaux pour ce genre de produit? Il sera intéressant de suivre les travaux de la Table de concertation sur le sujet nouvellement mise sur pied.

Je terminerai en vous faisant part d’une offre promotionnelle des plus intéressantes. Face à une concurrence féroce, la station touristique française Vars a octroyé des rabais par kilomètres parcouru pour s’y rendre pendant la période des fêtes. Voilà une façon créative d’étendre le rayon d’attraction de la destination! Après tout, c’est ce qu’on cherche non?

Par Caroline Asselin, 
Étudiante au B.A.A Gestion des organisations et destinations touristiques - ESG UQAM

Twitter

Agenda de l'industrie

du au
Sommet mondial de l'institut pour la paix par le tourisme

le
Matinée RH 2017

le
Journée mondiale du tourisme 2017

du au
GoMedia Canada

du au
Bienvenue Québec

Voir tous les évènements