Rivière Richelieu et Lac Champlain: De couloir de guerre à carrefour international

Tourisme, Vie étudiante, Recherches/Études · · Commenter

Fort historiqueDans le cadre d’une excursion menée le long de la rivière Richelieu et du lac Champlain, un mur de verre idéologique de mon histoire se brisa. Voici le résumé de mon excursion historico-touristique.

Le comité étudiant du centre de recherche pour lequel j’étudie (Centre interuniversitaire d’études québécoises - CIÉQ) organise chaque année une excursion scientifique mixant principalement l’histoire et la géographie. Cette année, cette excursion avait pour objectif d’examiner l’occupation civile et militaire le long de la rivière Richelieu et du lac Champlain pendant le Régime français.

JOUR 1

Fort ChamblyL’aventure a débuté le vendredi 21 août à 7h du matin dans le stationnement de l’Université Laval. Après une brève présentation entre étudiants chercheurs, nous étions en route vers notre premier arrêt : le Fort Chambly. Lieu historique national protégé par Parcs Canada, ce dernier fut érigé pour la première fois, en bois, en 1665. Sa position stratégique, localisée en aval des premiers rapides de la rivière Richelieu, constitua la première défense du régiment Carignan-Salières contre la menace iroquoise envers l’île de Montréal. Deux forts en bois succèderont le premier établissement suivi d’un quatrième, en pierre cette fois-ci, dont il est possible de visiter la reconstruction et certains vestiges. Son architecture et son positionnement stratégique créèrent une réelle    protection sous le Régime français, c’était d’ailleurs le point de ravitaillement de la plupart des forts en amont et le point de rencontre de plusieurs conflits (iroquois, anglais et américains). D’un point de vue esthétique, le fort est très bien entretenu et plusieurs activités y sont présentées. De plus, il n’en coûte que 5,65$ pour le visiter, ça vaut réellement le détour!

Après le dîner, nous avons eu le privilège de visiter le Fort Saint-Jean. Malheureusement, ce fort n’est pas encore accessible au grand public, mais son musée (en reconstruction) le sera prochainement. Une réelle conscience historique est présente sur les lieux, d’ailleurs deux fouilles archéologiques sont en cours afin de retrouver les vestiges du fort anglais et français. Il est à noter que c’est l’un des deux seuls forts au Canada où une occupation militaire a perpétué à travers les époques, soit depuis plus de 350 ans.

Je dois ici faire une parenthèse, sur la magnifique route que nous avons parcourue cette journée-là, pour nous rendre dans le petit village de Ticonderoga. Honnêtement, oubliez le trajet par l’autoroute, mais optez plutôt pour les petites routes sinueuses le long de la rivière Richelieu et du lac Champlain. Le paysage composé d’une forêt d’érables et de pins géants, des Adirondacks sur la rive Ouest et des montagnes vertes sur la rive Est ainsi que du lac Champlain au cœur de ce portrait est tout simplement splendide!
Lac Champlain
JOUR 2

La seconde journée débuta au Fort Ticonderoga, soit à environ 4 heures des douanes américaines, au sud du lac Champlain. Clairement mon coup de cœur en terme de tourisme historique! Premièrement, la localisation de ce jadis fort français (Fort Carillon) est à couper le souffle. En pleine montagne, dont les alentours sont restés vierges d’occupation humaine, nous pouvons avoir une réelle idée de la stratégie entourant la construction de ce fort. 
Fort Ticonderoga
Deuxièmement, il est formidable, d’un point de vue d’éthique historique, de voir l’énergie qui est fournie par les propriétaires du site (un lieu privé à but non lucratif) afin d’être le plus juste dans la représentation et Fort Ticonderogareconstitution historique du fort. Ceci se reflète par la qualité visuelle des vestiges, mais également par la reconstitution de costumes militaires créés avec les matériaux, les outils et les techniques de couture de l’époque. Tous les employés mettent la main à la pâte, avec la présence d’un jardin au bas de la colline, ils mangent les fruits et légumes selon les recettes et méthodes de cuissons authentiques de l’époque. Ça va encore plus loin! Ce fort a été occupé dans un premier temps par les Français, puis par les Anglais et finalement par les Américains. Ainsi, chaque année les dirigeants du musée choisissent une année historique symbolique à représenter, ce qui en d’autres mots veut dire qu’ils recommencent toutes les reconstitutions à zéro. J’en suis encore émerveillée et j’accorde encore plus de respect envers les dirigeants du fort puisque la grande majorité des informations se donnent dans les deux langues, soit en anglais et en français. Bravo!

La deuxième moitié de la journée se déroula à la pointe méridionale du lac George, soit au Fort William-Henry qui était d’origine anglaise puis détruit par les Français. Malheureusement, ce fort constitue l’antipode éthique du fort Ticonderoga. Situé dans une ville fortement touristique, Lake George, le Fort prend des allures de Walt-Disney muséale. C’est très dommage quand on voit ce genre de lieu symbolique de l’histoire nord-américaine se détériorer au détriment de la vente d’articles promotionnels anachroniques « Made in China ». C’est à ce moment qu’en tant que touriste on réévalue l’impact de notre présence, celui du sacrifice de préservation des lieux au détriment de l’attrait touristique, et qu’en tant que chercheur on se questionne sur la légitimité des informations fournies au grand public…

JOUR 3

Fort Saint-FrédéricLa dernière journée a été beaucoup plus calme et nous n’avons visité qu’un seul lieu historique, soit le Fort Saint-Frédéric/ Crown Point. D’aspect modique à première vue, le Musée est vraiment bien fait, encore là il est surprenant de voir de la documentation dans les deux langues. On voit bien en parlant aux gens qu’il y a un vif intérêt d’attirer des touristes québécois. Le site se décortique en trois volets, les quelques vestiges français du Fort Saint-Frédéric le long du lac, le Musée un peu en retrait et les ruines de l’immense fort anglais de Crown Point au sommet de la colline. Ces ruines sont magnifiques, le tout est préservé et entretenu, mais aucune reconstruction ne semble avoir été effectuée. On se croirait en Écosse. J’ai eu un faible pour le petit film présenté dans le Musée, l’animation m’a permis de bien visualiser le lien stratégique entre tous ces forts établis le long du lac Champlain et de la rivière Richelieu.

Petit conseil pour le retour, ça vaut vraiment la peine de traverser le pont et de revenir par les iles (Grande Isle, North Hero, Isle La Motte, etc.) du côté de l’État du Vermont, encore là le paysage est majestueux!
Paysage d'iles
RÉFLEXIONS
Randonnée du CIEQ
Suite à cette excursion, plusieurs réflexions me sont restées en tête. Tout d’abord, comment se fait-il que l’importance du couloir navigable du lac Champlain et de la rivière Richelieu ne soit que très peu mentionnée dans les manuels scolaires au Québec ? Il est bien évident que l’axe du Saint-Laurent a constitué la porte d’entrée sur le continent et que la défaite de Montcalm sur les Plaines est la plaque tournante de la fin de la colonie française. Toutefois, trop peu est raconté à propos des batailles menées et gagnées par les Français le long des rives au midi de l’ile de Montréal. Trop peu d’échanges sont réalisés avec nos voisins du Sud, ceux avec qui nous partageons une histoire commune, un mur de verre nous sépare, celui de la frontière. Plus encore, quelle place doit-on laisser et donner à l’éthique de la préservation dans des lieux aussi stratégiques et empreints de notre histoire ? Est-ce que nous devons opter pour un tourisme de masse ou bien favoriser la qualité à la quantité…



Par Camille V. Lefebvre
Étudiante à la maîtrise en sciences géographiques – Université Laval


SOURCES

Centre interuniversitaire d’études québécoises, De couloir de guerre à carrefour international, 2015. En ligne : http://www.cieq.ca/
Parcs Canada, Lieu historique national du Fort Chambly, 2015. En ligne : http://www.pc.gc.ca/fra/lhn-nhs/qc/fortchambly/index.aspx
Musée du Ford Saint-Jean, 2015. En ligne : http://www.museedufortsaintjean.ca/FR/index-fr.htm
Fort Ticonderoga, America’s fort, 2015. En ligne : http://www.fortticonderoga.org/
The Fort William-Henry, Museum and Restoration, 2015. En ligne : http://www.fwhmuseum.com/
New York State, Parks, Recreation and Historic Preservation, Crown Point State Historic Site, 2015. En ligne : http://parks.ny.gov/historic-sites/34/details.aspx

Twitter

Agenda de l'industrie

du au
Bienvenue Québec

le
Congrès et Prix Excellence Tourisme

du au
Congrès 2017 d'Aventure Écotourisme Québec

du au
Congrès AHQ + Forum AMFORHT en partenariat avec l'ITHQ

du au
Le Congrès touristique 2017

Voir tous les évènements